vendredi 5 novembre 2010

Lire le terrain avec lucidité

Lire le terrain avec lucidité et intelligence reste la revendication de deux excellents randonneurs qui ont partagé notre semaine à la montagne!

Un matin, nous avons décidé de rompre avec nos habitudes et de tenter l'ascension du sommet qui surplombe notre gîte. Nous l'avions fait il y a maintenant 12 ans alors que les enfants étaient petits. Marcel (paix à son âme) nous y avait emmenés afin de nous montrer le glacier où les porteurs de glace du patelin s'y alimentaient afin de livrer le casino et les nombreux hôtels qui avaient fait la réputation de la station! Les pauvres bougres revenaient chargés comme des mulets, portant sur leur dos,  des pains de près de vingt kilos  pour satisfaire les buveurs de pastis de la vallée, riches toulousains venus soigner leur maladie honteuse, (les eaux locales avaient la réputation de guérir  la syphilis). Karstique ou pour faire plus simple, truffé de trous, le mont conservait encore jusqu'à peu quelques lambeaux du glacier pourvoyeur de glaçons. Aujourd'hui il n'y a plus rien, hormis de l'eau croupie où fermentent des cadavres de moutons, pauvres bêtes noyées par le stress, incapables de s'extraire de la gangue nauséabonde afin de regagner l'air libre.
Arrivés de bon matin, nous n'avons guère pris le temps de chercher les repères qui marquaient l'entrée du chemin et c'est à la trash que nous sommes partis sur le versant. Au diable, les lacets paresseux d'une petite sente à mouton, nous avons opté pour la directissime. En clair on vise le sommet au prétexte que tous les chemins mènent à Rome et qu'on finira bien par croiser le vrai,  celui marqué par les balises, rouges et blanches, celui qu'on repère difficilement avec les cairns ou la simple pierre posée en évidence sur le rocher. 
La directissime fait la joie des aventuriers, on connaît ainsi  l'exaltation de l'essoufflement, les griffures des branches, les cris du type "ça y est, je suis sur le chemin" mais surtout les commentaires de nos deux schtroumpfs râleurs, dont un qui ne supporte pas l'inconnu en milieu hostile. Quand il ne fait pas demi-tour en nous envoyant paître, il rote et pète de stress puis arrivé au sommet n'en bouge plus et ne retrouve la joie de vivre qu'après avoir été dument nourri à la becquée. Cette année il a reçu le soutien de celui qui souhaite lire le terrain avec lucidité et intelligence!

mercredi 3 novembre 2010

Les vacances à la montagne


Après une semaine sans internet pour cause de vacances, je n'ai pas, d'emblée, consacré mon premier article de retour à évoquer mes activités dans les Pyrénées. J'hésite en fait à faire de la publicité pour cette magnifique région, ce trou du cul du monde qui n'a que les ours pour faire parler d'elle. Cette année encore nous avons sacrifié/sanctifié les vacances de Toussaint (en bonne enseignante qui bouffe du curé, je devrais dire vacances d'automne) à la semaine de villégiature dans notre village paumé.
Malgré une arrière saison estivale, il y avait encore moins de monde que les années passées, pas un chat sur les chemins de montagne. On a vu des traces de sangliers ayant foui les pâtures, croisé quelques chevaux, admiré les vautours qui planaient au dessus des sommets, en bande à la recherche de quelques carcasses mais point de randonneurs. Nous nous sommes baignés (enfin immergés) dans les lacs à 9°, nous avons grillé des saucisses, des côtes d'agneaux sur la grille et le bois acheminé sur nos sacs à dos.


Tous les jours, à notre retour nous avions droit au debriefing du boucher: "Avions-nous vu l'ours?" Il était très fier d'exhiber les photographies des empreintes du "fauve" qu'il avait pisté l'été. Depuis tout le village ne parlait plus que de ça! Nous avons donc appris que les grognements entendus en descendant dans la brume de notre lac préféré n'étaient en fait que ceux d'un chevreuil effrayé par nos bruits non celui de l'ours. Paniqué, le chevreuil se tétanise, reste caché derrière son rocher et produit à l'encontre des malotrus un aboiement agressif et mauvais. Point d'ours donc! De toute façon il est fort probable que la bête ait été tuée, les associations qui la pistent n'ont plus de nouvelles depuis la dernière battue aux sangliers!



Je sacrifie donc à l'expression neuneu, "que du bonheur! " (sauf pour l'ours). Que demander de plus?

mardi 2 novembre 2010

Merveilleuse Ariège


Un des grands plaisirs des vacances à la neige n'est pas de faire du ski. Ayant appris très tard ce sport de glisse, vers 20 ans, je ne suis pas très à l'aise. J'ai peur de la pente, j'ai peur d'aller trop vite, et maintenant, j'ai peur de me blesser et notamment de me bousiller un genou, de ne plus pouvoir courir. Ce serait vraiment ballot pour deux jours de glisse ne plus pouvoir galoper sur le chemin côtier!
Pourtant j'adore y aller en février car nous y faisons des randonnées. On ne s'encombre pas de raquettes, beaucoup trop lourdes à porter quand la neige a fondu en  vallée, et surtout quand un ou deux courageux font la trace à l'avant de la colonne! Il n'y a plus qu'à mettre ses pas dans les pas du compagnon de route!
Cette fois encore nous sommes montés à flanc de montagne pour les estives, le plus souvent dans les feuilles de l'automne. La neige arrive brutalement vers 1800m, lourde, humide, c'est une neige de printemps, déjà, aux grains qui se détachent et mouillent les croquenots en profondeur. 
Sur le plateau, le vent est froid, violent et le seul refuge est la cabane du berger préparée pour l'hiver par quelques afficionados qui savent que personne d'autres n'ira boire les deux ou trois bouteilles d'apéritif laissées pour les week-ends. Il y a la couche en bois et paille,  le stock de fagots et de bûchettes, tout ce qu'il faut pour griller les saucisses sans se brûler les doigts, il manque juste la moutarde! Faute! 
Les murs de notre modeste gîte ont été consolidés pour mieux passer l'hiver, les principaux trous ont été bouchés, laissant les petits faciliter la prise d'un feu de bois bienfaiteur, clair et vif, passé l'enfumage nécessaire et garanti. Rapporter des vêtements qui fleurent bon la fumée est la marque de fabrique de nos vacances à la montagne! Pour la nuit, il est préférable d'être équipé d'un très chaud sac de couchage car la température ne doit guère dépasser les 0° et il faut se protéger des insectes en tout genre qui profitent de la chaleur du feu pour se réveiller. 
La descente est sublime!
 
 

lundi 1 novembre 2010

Beau à la montagne

Que dire de plus que ce que j'ai pu écrire par le passé sur ces magnifiques montagnes d'Ariège? Pas grand chose, en tout cas je ne dirai rien qui puisse donner envie d'y aller. De toute façon il y a de moins en moins de monde hormis en août, on n'a pas vu âme qui vive pendant huit jours sur les sentiers et les sommets. Le temps fut splendide mais froid, un ciel immaculé et pur. Que demander de plus. "On était bien"!

La station est en chantier, les grues ont été enlevées après la tempête du 5 mai, c'est un peu la course en avant avec la construction d'une ignoble piste de luge d'hiver et d'été, derniers feux pour capter une clientèle qui a pris goût à la modernité en Espagne ou dans les Alpes et qui pour rien au monde ne viendrait faire la queue aux remontées mécaniques poussives, le plus souvent arrêtées par le vent, aux tire-fesse antédiluviens, aux pistes le plus souvent décapées de leur couche de neige dont les chutes sont chaque année de plus en plus  hypothétiques. Dans sa grande sagesse, le boucher nous a prévenu, "il n'y a pas eu de champignons, il n'y aura pas de neige!". On a donc réservé pour février les yeux fermés, à coup sûr, on pourra aller griller des saucisses et  d'excellentes côtes de mouton autour des lacs que nous aimons tant!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...