mercredi 25 mars 2015

Un p.. de virus ...

Quoi de pire que d'être prof et de ne plus avoir de voix! Que dalle, que tchi sauf un tout petit filet rauque comme le chien de mon voisin lorsqu'il tente un aboiement sur le facteur ou le tondeur de pelouse!


Le mal est arrivé brusquement un matin chafouin. Depuis, je parle d'une voix d'outre-tombe! Par peur de contaminer mon entourage, je ne fais plus la bise, me tiens à distance de tous, ne bois plus à la bouteille (je sais même sans virus, c'est dégueulasse), me lave les mains tout le temps, j'agonise littéralement.
Dimanche fut la pire journée bien que j'ai à peine parlé (enfin juste ce qu'il faut pendant le footing mais rien de trop, à midi aussi...) car j'étais, en plus, totalement épuisée. Depuis, la forme est revenue mais pas la voix torpillée par 6h de cours, dont une avec une classe de bavards invétérés, qu'il faut calmer en permanence.
Je rêvais de hauts parleurs, de micros, de les tuer pour être plus claire, d'en prendre un pour taper sur l'autre, de me casser dormir à l'infirmerie, de boire un rhum lait chaud avec du miel, ou de partir me promener dans le petit bois afin de mater la mer à travers les pins!
J'ai lutté, les ai mis au boulot avec succès puisque certains furent ravis de réfléchir à nouveau sur les exercices proposés, notés bien sûr (sinon ils n'en branlent pas une!)
Bénéfice: une voix reposée, et un bon paquet de copies sans aucun effet médical!..
Episode 2.
8 jours, ce matin que je traîne cette voix rocailleuse, sans pouvoir parler normalement! Je m'habitue, certains  me trouvent encore plus sexy, (oui je sais, je suis toujours très contente de moi). Cette voix n'empêche pas de rire. Hier, l'occasion s'est présentée, un inextinguible fou-rire à deux, sans pouvoir s'arrêter dans des circonstances où il ne fallait pas rire, surtout pas, ce qui est bien pire. J'ai eu l'impression d'avoir réalisé un exploit sportif tant la sensation de détente était ensuite importante, comme un grand soulagement qui tient au ventre, à la rate? Elle est restée longtemps, jusqu'à me faire dormir toute une nuit sans vraiment me réveiller. Et si le secret d'un sommeil profond était rire à ne plus pouvoir s'arrêter? 
Là, je me tâte, piscine ou pas piscine? 

5 commentaires:

  1. Comme première phrase, il me semble que « Quoi de pire que d'être prof ? » aurait largement suffi…

    RépondreSupprimer
  2. "Là, je me tâte, piscine ou pas piscine? "
    Attention, la prof s'tate...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...