mercredi 26 février 2014

Des conséquences de la guerre 14-18


"Lieu dit Bourgeal en Guiscriff, le 7 janvier 1927. 
Mon cher Mari 
J'ai reçu ta lettre aujourd'hui, m'a faite grands plaisirs savoir que tu est en bonne santé pour moi.
Je suis de même. Je t'envoie les photographies de la noce. Il faudrait écrire plus souvent et il faudras ...de logerais. La fête de Loudéac après le dimanche 12 février, je finis ma carte en t'embrasant très fort "
27 filles et femmes jeunes et moins jeunes posent à la noce, 13 hommes dont 5 ou 6 particulièrement âgés. En 1927, l'hécatombe de la guerre 14-18 est évidente même si certains hommes sont absents pour d'autres raisons que le décès, notamment celui à qui est adressée cette carte. Dire que 50% sont morts est allé très vite en besogne mais on peut tabler sur 30% de la population masculine d'un village! 
La majorité des femmes sont en coiffe, la mariée et ses copines ont mis celle du dimanche mais aux derniers rangs certaines ont des chapeaux, elles ont abandonné le costume traditionnel! Elles ne sont pas bien grandes, les pieds de la mariée ne touchent pas terre. Le marié a un petit air abruti, ses voisins campent fièrement devant le photographe, leurs larges mains de travailleur posées sur leur cuisse.
Je ne peux m'empêcher de penser à ces veuves dont la vie de femme s'est arrêtée dans la fleur de l'âge après la première Guerre mondiale, sans espoir de trouver un nouveau compagnon ou de faire des enfants! Personne, sauf les deux rigolos du haut, n'a vraiment le sourire en ce mois de janvier 1927. 
La carte est particulièrement abîmée mais j'aime la disposition du groupe, les deux ou trois indices qui montrent la marche vers la modernité, les prémices d'une francisation, d'un délaissement des marqueurs provinciaux, la tristesse des femmes et leur apparente résignation.

4 commentaires:

  1. Dans mon patelin de naissance, 400 habitants environ, ils sont trente-cinq à avoir leur nom sur le petit monument surmonté d'un coq. Des jeunes pour la plupart, bien entendu.

    Mon grand-père est revenu de la guerre. Plus tard, il a épousé la "veuve" de son frère (ils étaient fiancés) un peu plus âgé, qui était tombé dès octobre 1914 dans l'enfer des environs d'Ypres, en Belgique.

    Et dans quelques mois, les Maîtres de Forges et leurs valets politicards vont "fêter" le début de la commémoration de cette boucherie. Boucherie qui mêla dans un mariage hors de raison de jeunes hommes dans le même sang, la même boue quelle que soit la couleur de leur uniforme.

    RépondreSupprimer
  2. Commémoration qui va durer 4 ans!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Israël cool ??? tu es une bretonne sioniste ??? Mon dieu ! Ma doué beniget !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...