dimanche 17 mars 2013

La mare aux canards


Je reçois à l'instant des nouvelles de mes amis d'Angers, toujours à l'affût d'une expérience inoubliable, d'une aventure exaltante, d'un récit imagé, d'une découverte incomparable, d'un vin très fin, d'une image rare, d'un rangement à breveter. Hier, j'ai reçu un coup de fil avorté me mettant la puce à l'oreille, V. n'appelle jamais en milieu d'après-midi sauf à avoir quelque chose à raconter! Je n'ai pas insisté comme le téléphone buggait, tout vient à point à qui sait attendre! 
Bingo! 
Hier soir donc, la conversation commence,  sibylline, " je me suis baignée". Aussitôt, je pense mer, vagues, grande marée d'équinoxe,  puis,  me ravise, à Angers, impossible ; j'opte alors pour  carrelage de piscine, noyade, malaise,  mais vu le ton, je pense  maillot qui se détache, pipi dans le bain, bref, un truc marrant, ne nécessitant pas qu'on en fasse tout un plat....
Que nenni, avec la volonté de fer de se bâtir une silhouette musclée, mon amie a décidé, depuis peu, de fréquenter  un cours de gym, en bord de Loire, à Sainte-Gemmes, cours potable façon Max le gourou, mâtiné de  pilates... En sortant, absorbée par la saine fatigue et  la satisfaction d'avoir éprouvé ses abdos, V. se dirige benoîtement vers sa voiture quand elle avise une surface verte et rouge, façon sol en terre battue de terrain de tennis. Un doute surgit dans son esprit anesthésié par l'activité sportive mais aussi galvanisé par la découverte d'un nouveau milieu, elle n'hésite pas à y mettre un pied subodorant au pire qu'il n'y aurait  que 10 cm de profondeur  s'il s'agissait d'une flaque !

Taddaaahhhh! 

Pas 10 cm non, 1,50 m,  elle a donc fait le grand plongeon tout habillée, songeant tout de suite qu'il lui fallait sauver son iphone, balançant alors le sac à main vers la rive. Elle a fait 3 brasses avant de pouvoir s'extirper du marouilleau, grelottante, des lentilles d'eau dans les trous de nez et dans les cheveux. Les deux mecs, sur le parking, qui ont vu l'opération en sont restés sans voix et les bras ballants! " Heureusement j'avais un plastique pour m'envelopper les jambes afin de ne pas mouiller la voiture"!
Ben voyons! 
La fille aînée, atterrée,  a ricané se demandant dans quelle galère sa mère serait  capable de se fourrer la prochaine fois, la jeune a rigolé, le mari me promet une photographie! Je n'ai pas encore bien compris comment elle a fait pour sortir de la mare.

1 commentaire:

  1. L’essentiel étai de sauver l'Iphone, vue basse mais bons réflexes !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...